Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/08/2010

Franco MIRENZI : … Al ritorno (2009)

etoiles3.jpg

 

Pour sortir des habitudes, cette chronique concerne un album de musique… dite "classique". Du classique contemporain toutefois. Besoin d’une respiration en ces temps agités.

COUV_Al_ritorno.jpgLe piano, instrument omniprésent sur l’ensemble du CD, nous accueille en duo avec un violoncelle (… al ritorno) avant de poursuivre en solitaire (Aspettando...). On entre en douceur dans ces premiers morceaux comme dans une bulle cosy dans laquelle il fait bon méditer. Vient ensuite Incantesimo, qui parvient l’improbable mélange entre envolées pianistiques romantiques et répétitivité hypnotique à la Philip Glass. Coup de cœur, en ce qui me concerne… sauf que le coup de cœur s’arrête à ces trois morceaux d’introduction.

Au-delà, on entre en terrain dodécaphonique (méthode d’organisation de sons fondée par Schönberg), souvent plus dissonant, plus hermétique, souvent plus sombrement introspectif aussi. C’est – en toute subjectivité – nettement moins ma tasse de thé. Ceux qui affectionnent le genre apprécieront néanmoins les compositions et leurs interprétations d’une indéniable qualité.


Chronique par Louis


Vous pouvez vous procurer ce CD,
soit en envoyant directement un e-mail à son auteur : mirefran (at) tiscali.it ;
soit via la page web http://www.mirenzi.it/compra%20al%20ritorno%201.htm

Mais vous pouvez également le télécharger partiellement ou intégralement via iTunes, ce qui vous permet une découverte progressive, en commençant par la sélection de morceaux recommandée dans l'article ci-dessus.

Mark KNOPFLER & Emmylou HARRIS : All the roadrunning (2006)

etoiles3.jpg

 

L’imparable single This is us avait donné le ton : All the road running est une association bienvenue entre Mark Knopfler - célébrissime guitariste-chanteur de Dire Straits - et Emmylou Harris - une des grandes voix de la country-folk.

COUV_53.jpgDécidément, ces derniers temps les vétérans reviennent au sommet de leur forme : après les excellents McCartney (Chaos And Creation In The Backyard) ; Rolling Stones (A bigger bang) ; ou Alice Cooper (Dirty diamonds) de 2005, cette année 2006 aura quant à elle vu le retour de David Gilmour (On an island) ; un disque militant et inspiré de Neil Young (Living with war) ; ou encore ce duo Knopfler-Harris… Un duo qui n’a pas ici eu l’ambition de réinventer l’eau chaude mais de réussir un disque de country-rock-folk impeccable de bout en bout. Et réussi, All the road running l’est. A 100% fidèle à leurs styles respectifs, leur union est désarçonnante de naturel. Une musique qui semble couler de source, émanant d’années d’expérience.

Pour la petite histoire, sachez que cet album n’est pas le fruit d’une cession continue en studio mais réunit des chansons réalisées sur une période de sept ans.

Chronique par Louis

ILLU_53.jpg

Maison de disques : Mercury/Universal

25/08/2010

PRINCE : 3121 (2006)

etoiles2.jpg

 

 

A l’heure où je vous écris ces lignes, cet album est déjà un carton. La presse s’est enflammée pour ce "grand comeback de Prince"… Comeback ? Les journalistes sont-ils toujours aussi prêts à gober et resservir les slogans marketing de l’industrie du disque ? Quiconque se tient au courant de l’actualité musicale sait que le kid de Mineapolis n’a jamais arrêté d’être prolifique.

COUV_38.jpgAlors, quid de ce nouveau disque ? Ben honnêtement, beaucoup de remue-ménage pour pas grand chose. A moins d'un vrai "comeback" créatif, la grande période du bonhomme est clairement derrière lui. Plus aucune place ne semble être faite à l’expérimentation, ni à l’originalité. Oh, l’album n’est pas mauvais : il est même plaisant de retrouver ce funk/r&b minimaliste et sexy dont Prince est maître ; la production et les arrangements sont très soignés (trop) ; et contrairement à plusieurs de ses plaques précédentes il n’y a pas ici de fautes de goût... Pas de moments forts non plus. Rien sur ce 3121 n’arrive à la cheville de ses albums des années ‘80, ni même de ceux du début des années ’90.

Sympa mais peu mémorable.


Chronique par Louis

Maison de disques : Universal