Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/10/2010

SOMMAIRE des Billets Mélomanes

banner_Beatles_snow.jpg

par ordre alphabétique d'artistes/groupes

CLIQUEZ SUR le nom d'artiste, de groupe ou d'album pour accéder à l'article correspondant :

 

ARCHIVE : Lights (2006)

ATOMIQUE DELUXE : Quand tu ne m'aimes pas (EP,...

The B-52's : Funplex (2008)

The BEATLES : Love (2006)

Jane BIRKIN : Enfants d'hiver (2008)

BJÖRK : Volta (2007)

CARAVAN PALACE : Caravan Palace (2008)

Alice COOPER : Along Came A Spider (2008)

Joe COCKER : Hymn for my soul (2007)

Kris DANE : Rise & down of the black stallion...

doMb : Pamalalarache (2008)

Peter GABRIEL & friends : Big Blue Ball (2008)

Lisa GERRARD : The Silver Tree (2006)

David GILMOUR : On an island (2006)

GUNS N' ROSES : Chinese Democracy (2008)

Richard HAWLEY : Truelove's Gutter (2009)

I'M SO SO : Songs #1 (2009)

INDOCHINE : Alice & June (2005)

Mark KNOPFLER & Emmylou HARRIS : All the...

Lenny KRAVITZ : It is time for a love...

John LENNON : Rock'n'Roll (1975)

Paul McCARTNEY : Memory almost full (2007)

MERCURY REV : Snowflake Midnight (2008)

METALLICA : Death Magnetic (2008)

Franco MIRENZI : … Al ritorno (2009)

MOBY : Go - The Very Best Of (2006)

MORRISSEY : Ringleader of the Tormentors (2006)

MUSE : The Resistance (2009)

PLACEBO : Battle For The Sun (2009)

PRINCE : 3121 (2006)

The RACONTEURS : Broken Boy Soldiers (2006)

RAPHAEL : Je sais que la terre est plate (2008)

The RED HOT CHILI PEPPERS : Stadium Arcadium...

RENAUD : Rouge sang (2006)

Les RITA MITSOUKO : Variety (2007)

SHARKO : Molecule (2006)

STASH : All that fire (2009)

SUPERGRASS : Diamond Hoo Ha (2008)

The WHITE STRIPES : Icky Thump (2007)

Amy WINEHOUSE - Back to black (2006)

Neil YOUNG : Living with war (2006)

08/09/2010

Lenny KRAVITZ : It is time for a love revolution (2008)

etoiles3.jpg

 

 

Lenny Kravitz ne change pas d’un iota sa formule qui marche depuis ses débuts. Sauf que ses chansons, si elles restent plaisantes, atteignent rarement le niveau de celles sur Let Love Rule, Mama Said ou Are you gonna go my way.

A la veille et au début des années ’90, Kravitz parvenait en effet souvent à égaler - et même quelquefois à surpasser - les chansons rock et R&B historiques dont il s’inspirait amplement.

COUV_Lenny_LoveRevolution.jpgSur cette nouvelle plaque, notre multi-instrumentiste et son fidèle adjoint Craig Ross (guitariste et co-compositeur) s’auto-singent sur quelques compos et piochent encore une fois dans la manne sans fond des classiques du rock et de la soul pour quelques morceaux qui tiennent mieux la route.

Ainsi, A new door est – sur le plan musical - une variation kravitzienne du Satellite of love de Lou Reed. Dancin' Till Dawn me rappelle furieusement son pote Mick Jagger (veine Sweet thing). On pensera aussi très très souvent aux riffs guitaristiques de Led Zeppelin… (comme par hasard en cette année de reformation du groupe mythique) Et sur Will you marry me, on croirait presque entendre Jimmy Page s’inviter sur un funk de James Brown !

Le single choisi pour annoncer, puis représenter l'album est I'll Be Waiting…: un Believe réchauffé dont on nous bassine les oreilles à longueur de journée sur les ondes hertziennes jusqu'à sursaturation.

It is time for a love revolution montre encore une imparable efficacité à faire des cocktails détonnants de classic-rock, mais avant que ça ne prenne plus : wouldn't it be time for a change, Lenny ?

Chronique par Louis

Maison de disques : EMI - Virgin

07/09/2010

Kris DANE : Rise & down of the black stallion (2008)

etoiles4.jpg

 

 

COUV_KrisDane.jpgInvité au concert privé qu’il donna au Recyclart (Bruxelles), ma première approche avec la musique du belge et bellâtre Kris Dane faillit en rester là : deux heures de retard ; un artiste déconnecté de ses musiciens et de son public, complètement retiré dans son personnage halluciné ; une playlist mal conçue (sensation d’ennui durant toute la première partie)…

Toutefois, l’a mbiance de saloon western enfumé, le talent indéniable de Kris Dane et de ses musiciens hétéroclites, le tube potentiel qu’est Private Lee… tout cela m’a donné l’envie d’approfondir en me procurant Rise & down of the black stallion et en l’écoutant à l’aise. Et c’est effectivement là que les morceaux se sont révélés à moi.

ILLU_KrisDane.jpgLa plaque me rappelle les ambiances des Sixteen horse power ou encore de Grant Lee Buffalo (la voix de fausset sur From here to grace m’évoque Fuzzy). Johnny Cash, Nick Cave ou Leonard Cohen à d’autres moments. Les compos sont solides, habitées (hantées, même) et superbement interprétées.

En cette époque où plus personne ne se porte candidat pour réinventer le rock, on se console avec de très bons disques comme celui-ci, où anges et fantômes nous susurrent à l’oreille.


Chronique par Louis St-Jo

Maison de disques : Bang!

 
P.S.1 : Cet album est le second d’une trilogie (le premier étant Songs of Crime and Passion).

P.S.2 : Pour visionner des extraits du concert :

http://youtube.com/watch?v=kcxnzpMG1d4


P.S.3 : Pour visionner le clip choc et peu ragoûtant de From here to grace :

http://youtube.com/watch?v=0cQcOc0M-50&feature=related