Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/09/2010

RENAUD : Rouge sang (2006)

etoiles3.jpg

 

 

Désormais un brin "bobo"… mais toujours contestataire.

Touchant dans sa sincérité, un peu déprim ant dans sa lucidité,  le vieux chanteur ne surprend plus, mai s reste tel qu’on l’aime : engagé COUV_Rouge_sang.jpg(à gauche), teigneux au grand cœur et amoureux de sa dame.  Ses mots nous touchent, depuis plus de trois décennies maintenant. Bon, parfois il enfonce des portes déjà ouvertes (comme dans J’ai retrouvé mon flingue !, très anti-Bush) et musicalement, le bougre aurait pu faire l’effort de nous changer de sa formule qu’il traîne depuis la moitié des années ‘80 (mélodies aux airs de déjà-entendu, mêmes instrumentations, mêmes solos de guitare un peu puants…). Mais bon, une poignée de chansons mémorables font de ce Rouge sang une (semi-)réussite malgré tout .

Tout d’abord, le single entraînant qui ouvre gentiment les hostilités, Les bobos, créera sans conteste une complicité renouvellée avec une large part de son public. Dans le registre petites chansons d’amour jolies qui ne paient pas de mine, je retiens Les cinq sens et Jusqu’à la fin du monde. Dans le genre baigne bien envoyée aux crétins qui se la pètent avec des vannes minables : Ma blonde, j’aime. Arrêter la clope ! constitue une bonne campagne anti-tabac (dommage que la musique soit pas terrible). Sentimentale mon cul répond acerbement à la désormais célèbre Foule sentimentale de Souchon. D’autres chansons de cette plaque s’avèrent agréables, sans être indispensables, comme Elsa, Malone ou encore Adieu l’enfance, un clin-d’oeil nostalgique, que papa Renaud adresse sûrement à la môme de Morgane de toi, devenue femme.

N.B. : Pour les amateurs de BD, tout le livret intérieur présente les paroles richement illustrées par Killoffer (auteur bien connu de ceux qui suivent le catalogue de l’Association).

Chronique par Louis

Pub_Rouge-sang.jpg

Maison de disques : EMI

Les commentaires sont fermés.